santé

note de conjoncture
Conjoncture maladie au régime agricole à fin novembre 2020 – Note

Le nombre d’affiliés au régime agricole ayant bénéficié d’au moins un remboursement de soins de ville sur les onze premiers mois 2020 diminue de 1,6 % par rapport à la même période de l’année précédente. Les effectifs reculent de 3,9 % dans le régime des non-salariés et sont stables dans le régime des salariés.

Ces évolutions sont marquées par un nombre de patients particulièrement bas sur la période de mars à mai 2020 du fait de la crise épidémique de la Covid‑19 et des mesures de confinement qui ont entraîné une baisse ou un report des soins non urgents.Néanmoins, l’effectif des patients est en rebond depuis septembre, cette reprise pouvant s’expliquer par un rattrapage de soins et/ou de remboursements entrepris avec la rentrée.

synthese
Les tentatives de suicide suivies d’une hospitalisation au régime agricole en 2018 – Étude

En 2018, 73 532 personnes ont été hospitalisées en établissement de Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO), au moins une fois, pour tentative de suicide (TS) quel que soit leur régime d’affiliation ; 3% de ces personnes hospitalisées sont affiliées au régime agricole (ratio inférieur à celui observé pour les assurés de l’ensemble des régimes).

Une population plutôt jeune et féminine

A travers l’exploitation des données du Système national des données de santé (SNDS) est dressé un profil type des personnes ayant fait une tentative de suicide entrainant une hospitalisation en MCO. Les TS sont beaucoup plus fréquentes dans la population féminine, et notamment chez les adolescentes de 15 à 19 ans.

Les assurés du régime agricole ont un risque de tentative de suicide moins élevé de 30% que l’ensemble de la population à âge et sexe égal. Les femmes salariées agricoles présentent le sur-risque de tentative de suicide le plus élevé avec +31% par rapport à l’ensemble des assurés agricoles à âge égal.

Une majorité de tentatives par les médicaments

Sur l’ensemble de la France métropolitaine, les deux caisses de MSA où l’indice comparatif est le plus important sont le Nord-Pas-de-Calais (181) et la Picardie (165). Le mode opératoire des tentatives de suicide le plus fréquent est l’auto-intoxication par médicaments et ce, quel que soit le régime.

affections de longue duree en 2015
Les affections de longue durée au régime agricole en 2018 – Tableau de bord

Caractéristiques de la population en ALD

 

Au 31 décembre 2018, au régime agricole, 692 317 assurés sont exonérés du ticket modérateur au titre d’au moins une affection longue durée (ALD), soit 217,2 ‰ de la population couverte en maladie. L’effectif brut de patients exonérés du ticket modérateur a augmenté de 6 415 personnes en un an (+ 0,9 %). En parallèle on note une baisse de la population couverte en maladie (- 0,2 %), ce qui se traduit par une hausse du taux de prévalence de 1,1 % (214,8 ‰ au 31 décembre 2017).

Le taux de prévalence brut chez les assurés non-salariés est plus de deux fois supérieur à celui des assurés salariés. Après standardisation par âge et sexe, l’ordre des taux s’inverse, les salariés bénéficient davantage d’une prise en charge en ALD que les non-salariés (218,2 ‰ vs 211,8 ‰). Chez les assurés exonérés du ticket modérateur pour au moins une des 32 ALD, les non-salariés agricoles sont plus âgés que les salariés agricoles (78,6 ans vs 64,7 ans).

Globalement, la part des assurés exonérés du ticket modérateur au titre d’au moins une ALD de 1 à 32 au 31 décembre 2018, augmente avec l’âge. De plus, les femmes en ALD sont en moyenne plus âgées de 5,6 ans que les hommes (76 ans vs 70,4 ans).

Tous âges confondus, les hommes sont légèrement surreprésentés au sein de la population en ALD (52 %). Par ailleurs, le taux de prévalence brut de la prise en charge en ALD chez les hommes au 31 décembre 2018 est inférieur à celui observé chez les femmes (204,8 ‰ vs 232,6 ‰). Entre 2017 et 2018 le taux de prévalence brut a augmenté de 1,4% chez les hommes (201,9 ‰ en 2017) et de 0,8 % chez les femmes (230,7 ‰ en 2017).

Après standardisation par âge, sur la base de la population protégée en maladie par le régime agricole, le taux de prévalence devient plus élevé chez les hommes que chez les femmes (235,1 ‰ vs 201,0 ‰). Les taux de prévalence standardisés chez les hommes sont supérieurs à ceux des femmes dans chaque classe d’âge sauf chez les assurés de 30 à 49 ans.

affections de longue duree en 2015
Les affections de longue durée au régime agricole en 2017 – Tableau de bord

Caractéristiques de la population en ALD

 

Au 31 décembre 2017, au régime agricole, 685 902 personnes sont exonérées du ticket modérateur au titre d’au moins une ALD, soit 214,8 ‰ de la population couverte en maladie. L’effectif brut de patients exonérés du ticket modérateur a augmenté de 2 599 en un an (+ 0,4 %). Cette augmentation, associée à la baisse de la population couverte en maladie (- 1,1 %), se traduit par une hausse du taux de prévalence de 1,6 % par rapport au 31 décembre 2016 (211,5 ‰).

Cette hausse concerne les hommes et les femmes. Entre 2016 et 2017, le taux de prévalence brut a augmenté de 3,6 points chez les hommes (201,9 ‰ en 2017) et de 3,3 points chez les femmes (230,7 ‰ en 2017). Le taux de prévalence brut chez les hommes au 31 décembre 2017 est inférieur à celui observé chez les femmes. Après standardisation sur l’âge, sur la base de la population protégée en maladie par le régime agricole, le taux de prévalence est plus élevé chez les hommes que chez les femmes (233,1 ‰ vs 198,6 ‰). Les hommes sont légèrement surreprésentés au sein de la population en ALD (52 %). Ce phénomène s’observe sur la majorité des affections de longue durée.

Par ailleurs, le taux de prévalence brut chez les personnes relevant du régime des non-salariés agricoles est plus de deux fois supérieur à celui de la population relevant du régime des salariés agricoles. Après standardisation par âge et sexe, l’ordre des taux est inversé. Les salariés bénéficient davantage d’une prise en charge en ALD que les non-salariés, toutes choses égales par ailleurs (216,3 ‰ vs 209,4 ‰).

Le taux de prévalence augmente avec l’âge des patients. Dans les tranches d’âge 30-39 ans et 40-49 ans, les taux de prévalence chez les femmes sont supérieurs à ceux des hommes. A partir de 60 ans, le taux de prévalence dans la population masculine est plus élevé que dans la population féminine, cet écart s’accroit avec l’avancée en âge.

affections de longue duree en 2015
La liste des produits et prestations remboursés par le régime agricole en 2018 – Tableau de bord

Des dépenses globales en baisse

En 2018, le montant des dépenses des assurés du régime agricole (dépenses totales, dépassements compris) liées aux produits de la LPP baisse de 0,2 % par rapport à 2017 et s’élève à près de 895 millions d’euros. Il s’agit de la première baisse observée sur la LPP depuis plusieurs années.

Les titres I (Maintien à domicile) et III (Produits implantables) baissent respectivement de 1,9 % et de  3,3 %. Les dépenses liées au titre II (Orthèses, appareils de soutien et prothèses externes) et au titre IV (Achats et réparations des fauteuils roulants) augmentent respectivement de 1,9 % et de 4,8 %.

note de conjoncture
Note conjoncture n° 56 – Économie agricole, santé, AT, famille, retraite

Sommaire de la conjoncture n°56 ;
présentée désormais sous forme de diaporama :

 

Conjoncture macroéconomique et agricole

  • Conjoncture macroéconomique
  • Conjoncture agricole

Famille

  • Revenu de Solidarité Active et Prime d’activité

Économie de la santé

  • Effectifs et remboursements de soins de ville
  • Remboursements des cliniques privées

Retraite

  • Présentation des dispositifs de minimas de pensions au régime agricole

Accidents du travail répétitifs

note de conjoncture
note de conjoncture
Note conjoncture n°54 – Économie agricole, santé, AT, famille, retraite

Prix agricoles et échanges agroalimentaires au premier  trimestre 2020

Économie de la santé : Les patients consommant des soins de ville à la fin février 2020

Économie de la santé : Les remboursements des soins de ville à à la fin février 2020

Économie de la santé : Les remboursements de soins en cliniques à la fin février 2020

Accidents du travail et maladies professionnelles des salariés agricoles au premier trimestre 2020

Accidents du travail et maladies professionnelles des non-salariés agricoles au premier trimestre 2020

Famille : Revenu de solidarité active et prime d’activité au 1er trimestre 2020

Retraite : Effectifs retraités et montant des pensions au 1er trimestre 2020

note de conjoncture
Note conjoncture n°53 – Économie agricole, santé, AT, famille, retraite

Prix agricoles et échanges agroalimentaires au 4e trimestre 2019

Economie de la santé : personnes protégées en maladie au Rniam en 2019

Économie de la santé : Les patients consommant des soins de ville en 2019

Économie de la santé : Les remboursements des soins de ville à fin novembre 2019

Économie de la santé : Les remboursements des soins de ville à fin novembre 2019

Économie de la santé : Les remboursements de soins en cliniques à fin décembre 2019

Accidents du travail et maladies professionnelles des salariés agricoles en 2019

Accidents du travail et maladies professionnelles des non-salariés agricoles en 2019

Famille : Prestations familiales, logement et AAH en 2019

Retraite en 2019

synthese
Information enquête Coset-Covid 19 (Santé Publique France / MSA)

Site Santé publique France

Santé publique France, en association avec la MSA, lance une enquête auprès de travailleurs indépendants et du monde agricole pour évaluer l’impact de l’épidémie de COVID-19 sur leur activité professionnelle et leur état de santé

L’épidémie de COVID-19 a amené la France à mettre en place des mesures de confinement entre mi-mars 2020 et mi-mai 2020, avec diverses mesures restrictives, notamment sur l’activité économique. Les groupes professionnels suivis dans le cadre de l’étude « Cohortes pour la surveillance épidémiologique en lien avec le travail » (Coset) ont été potentiellement impactés de manière forte par ces mesures. C’est pourquoi, Santé publique France lance une enquête auprès des participants à l’étude Coset afin de documenter l’impact de l’épidémie sur l’activité de ces personnes et sur leur état de santé.

Pour cela, Santé publique France s’appuie sur les deux études de cohorte, Coset-MSA et Coset-Indépendants mises en œuvre en 2017-2018, concernant respectivement les travailleurs du monde agricole et les travailleurs indépendants. 48 000 volontaires ont rejoint ces deux cohortes, dont le principe est de recueillir sur plusieurs années des informations sur les conditions de travail et la santé, pour suivre les liens entre santé et travail dans ces groupes professionnels.

L’objectif est d’établir un bilan de l’impact de la période de confinement et des mesures associées sur la situation professionnelle et la santé des groupes professionnels Indépendants, en particulier des exploitants et autres indépendants du monde agricole. 

Fin mai 2020, les 48 000 participants aux cohortes Coset-MSA et Coset-Indépendants seront invités à répondre à un nouveau questionnaire en ligne. Ce questionnaire porte notamment sur les caractéristiques de leur(s) activité(s) professionnelle(s) juste avant la mise en place du confinement, leur santé et leurs recours aux soins durant cette période, leur vécu de la période de confinement et les modifications de leur activité ou de leurs conditions de travail induites.