soins de ville agricoles

vignette infostat
Les remboursements des soins de ville au régime agricole au troisième trimestre 2017 – Infostat

 

Régime agricole : remboursements de soins de ville en hausse de 0,4 % au troisième trimestre 2017

Au troisième trimestre 2017, les remboursements de soins de ville du régime agricole progressent de 0,4 % en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS et CJO). Cette évolution est modérée comparativement au rebond du trimestre précédent (+ 1,8 %).

Les remboursements d’honoraires de généralistes, de médicaments rétrocédés, d’analyses en laboratoires ainsi que les versements d’indemnités journalières ATMP sont dynamiques sur le trimestre. La progression des remboursements est plus contenue concernant les honoraires de spécialistes, les soins de masseurs-kinésithérapeutes, les dispositifs médicaux et les indemnités journalières maladie. Seuls les remboursements de soins infirmiers, de transports de malades et de médicaments délivrés en ville se replient sur le trimestre.

Sur un an, la progression des remboursements de soins de ville s’accélère (+ 1,1 % à fin septembre après + 0,9 % à fin juin). Elle traduit une atténuation de la baisse des remboursements pour les non-salariés (- 1,0 % après – 1,1 %) et une accélération de la croissance pour les salariés (+ 3,6 % après + 3,4 %).

Remboursements des honoraires de généralistes dynamiques

Portés par la revalorisation de la consultation à 25 € au 1er mai 2017, les remboursements de soins des médecins généralistes progressent de 3,5 % au troisième trimestre. En évolution de 0,6 %, les remboursements d’honoraires de médecins spécialistes sont en revanche en ralentissement ; le dynamisme des consultations étant contrebalancé par le repli des actes techniques.

Repli des remboursements de soins infirmiers

Au troisième trimestre, la baisse des remboursements de soins infirmiers (- 1,3 %) marque le contrecoup du pic du trimestre précédent. Pour les soins de masseurs-kinésithérapeutes, la hausse modérée des remboursements (+ 0,8 %) traduit un prolongement de la baisse dans le régime des non-salariés et une progression importante ce trimestre dans le régime des salariés.

Analyses médicales : regain des remboursements

Avec + 2,5 %, les remboursements d’analyses médicales en laboratoire enregistrent un rebond, tandis que les frais de transports de malades, oscillants sur la période récente, diminuent ce trimestre de 1,2 %.

Versements d’indemnités journalières : évolutions contrastées selon les risques

Au troisième trimestre, le net ralentissement des versements d’indemnités journalières (IJ) maladie (+ 0,3 %) doit être relativisé au regard du niveau haut du trimestre précédent. S’agissant des IJ consécutives à un accident de travail ou à une maladie professionnelle (IJ ATMP), les versements s’accélèrent au troisième trimestre (+ 3,3 %).

Remboursements des médicaments rétrocédés toujours très hauts

Les remboursements de médicaments délivrés en ville sont de nouveau orientés à la baisse (‑ 0,6 %), conjuguant une baisse plus prononcée que les trimestres précédents au régime des non-salariés agricoles et une hausse contenue au régime des salariés. En progression de 5,1 %, les remboursements de médicaments rétrocédés demeurent très dynamiques dans les deux régimes. Les remboursements de dispositifs médicaux enregistrent une légère accélération (+ 0,4 %) après deux trimestres de croissance ténue.

Service de Presse
Géraldine Vieuille : 01.41.63.72.41 / vieuille.geraldine[at]ccmsa.msa.fr
Caroline Tonini : 01.41.63.70.97 / tonini.caroline[at]ccmsa.msa.fr

synthese
Les remboursements de soins de ville du régime agricole au troisième trimestre 2017 – Synthèse

Au troisième trimestre 2017, les remboursements de soins de ville du régime agricole progressent de 0,4 % en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS et CJO). Cette évolution est modérée comparativement au rebond du trimestre précédent (+ 1,8 %).

Les remboursements d’honoraires de généralistes, de médicaments rétrocédés, d’analyses en laboratoires ainsi que les versements d’indemnités journalières ATMP sont dynamiques sur le trimestre. La progression des remboursements est plus contenue concernant les honoraires de spécialistes, les soins de masseurs-kinésithérapeutes, les dispositifs médicaux et les indemnités journalières maladie. Seuls les remboursements de soins infirmiers, de transports de malades et de médicaments délivrés en ville se replient sur le trimestre.

Sur un an, la progression des remboursements de soins de ville s’accélère (+ 1,1 % à fin septembre après + 0,9 % à fin juin). Elle traduit une atténuation de la baisse des remboursements pour les non-salariés (- 1,0 % après – 1,1 %) et une accélération de la croissance pour les salariés (+ 3,6 % après + 3,4 %).

vignette infostat
Les remboursements des soins de ville au régime agricole au deuxième trimestre 2017 – Infostat

Régime agricole : remboursements de soins de ville en hausse de 1,3 % au deuxième trimestre 2017

Au deuxième trimestre 2017, les remboursements de soins de ville du régime agricole rebondissent, avec une hausse de 1,3 % en données CVS et CJO qui fait suite à un repli de 0,7 % au premier trimestre.
Les remboursements d’honoraires médicaux, des médicaments délivrés en ville, des soins d’auxiliaires médicaux ainsi que des frais de transports renouent résolument avec la croissance. En revanche, les versements d’indemnités journalières et les remboursements de dispositifs médicaux ralentissent, ceux des soins dentaires et des médicaments rétrocédés se stabilisent, tandis que ceux des actes d’analyses médicales s’orientent à la baisse.
En rythme annuel, la progression des remboursements de soins de ville s’accélère (+ 0,8 % à fin juin après + 0,4 % à fin mars). Ce gain de croissance de 0,4 point est constaté pour les non-salariés et les salariés, avec une évolution annuelle des remboursements de ‑ 1,1 % et + 3,2 % respectivement.

Des remboursements d’honoraires médicaux en reprise

Portés par la revalorisation de la consultation à 25 € au 1er mai, les remboursements de soins des médecins généralistes rebondissent à + 2,9 % au deuxième trimestre 2017.

En dents de scie, les remboursements d’honoraires de médecins spécialistes progressent de 1,3 % ce trimestre. Au-delà des oscillations d’un trimestre à l’autre, la tendance est néanmoins au ralentissement, avec une évolution annuelle se limitant à + 1,0 %.

Les remboursements de soins dentaires sont stables au deuxième trimestre.

Regain des remboursements des prescriptions

Après une brève césure au premier trimestre 2017, les remboursements de médicaments de ville repartent à la hausse (+ 0,8 %). A contrario, les médicaments rétrocédés, très dynamiques sur la période récente, marquent le pas ce trimestre (- 0,1 %). En hausse de 0,3 % ce trimestre, les remboursements de dispositifs médicaux poursuivent leur décélération.

Après le creux du début de l’année 2017, les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux renouent résolument avec la croissance (+ 3,6 %) principalement portés par les soins infirmiers (+ 4,8 %) ; ceux des masseurs-kinésithérapeutes augmentant de manière plus contenue (+ 0,4 %).

Avec une évolution de – 1,9 % au deuxième trimestre, les remboursements d’actes de laboratoires reviennent sur leur tendance baissière, après un court palier stable au début de l’année, contrecoup d’une baisse transitoire de tarif sur la fin de l’année 2016. A contrario, les remboursements de transport repartent à la hausse sur le trimestre (+ 1,4 %).

Dans le prolongement du trimestre précédent, les versements d’indemnités journalières (IJ) ralentissent à + 0,3 % ce trimestre. Pour les IJ ATMP, les versements se replient légèrement après deux trimestres de reprise. S’agissant des IJ maladie, les versements enregistrent un net ralentissement imputable au régime des non-salariés, alors que les versements du régime des salariés demeurent dynamiques.

Service de Presse
Géraldine Vieuille : 01.41.63.72.41 / vieuille.geraldine[at]ccmsa.msa.fr
Caroline Tonini : 01.41.63.70.97 / tonini.caroline[at]ccmsa.msa.fr

 

synthese
Les remboursements de soins de ville du régime agricole au deuxième trimestre 2017 – Synthèse

Au deuxième trimestre 2017, les remboursements de soins de ville du régime agricole rebondissent, avec une hausse de 1,3 % en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS et CJO) qui fait suite à un repli de 0,7 % au premier trimestre.

Les remboursements d’honoraires médicaux, des médicaments délivrés en ville, des soins d’auxiliaires médicaux ainsi que des frais de transports renouent résolument avec la croissance. En revanche, les versements d’indemnités journalières et les remboursements des produits inscrits sur la liste des produits et prestations (LPP) ralentissent, ceux des soins dentaires et des médicaments rétrocédés se stabilisent, tandis que ceux des actes d’analyses médicales s’orientent à la baisse.

Sur un an, la progression des remboursements de soins de ville s’accélère (+ 0,8 % à fin juin après + 0,4 % à fin mars). Ce gain de croissance de 0,4 point est constaté pour les non-salariés et les salariés, avec une évolution annuelle des remboursements de ‑ 1,1 % et + 3,2 % respectivement.

note de conjoncture
Note conjoncture n°42 – Économie agricole, emploi agricole santé, ATMP, PPA, RSA, retraite

Économie agricole. Au T1 2017, les prix agricoles à la production bondissent de + 7,7 % sur un an.

Les cours des produits végétaux (+ 8,4 %), des animaux et produits animaux (+ 5,9 %) et des fruits et légumes            (+ 12,5 %) progressent particulièrement ce trimestre.

L’évolution du coût des intrants marque une rupture au T1 2017 et progresse de 1,0 % après quatorze trimestres de baisses successives. Le recul des cours des aliments pour animaux s’atténue (- 0,4 % après – 3,5 % au T4 2016) et le coût de l’énergie s’accroît fortement (+ 20,1 %).

Emploi salariat agricole. Au T3 2016, les indicateurs de l’emploi des salariés agricoles sont orientés à la baisse.

Le volume d’heures rémunérées décroît (- 0,3 % après + 0,4 % au T2 2016). Dans le secteur de la production, il se replie de 5,4 % pour les CDD hors travailleurs occasionnels et demandeurs d’emploi (TODE) et de  1,8 % pour les CDI.

Le recul de l’emploi permanent s’amplifie (- 0,7 % après – 0,2 % au trimestre précédent).

Intentions d’embauche. Au T4 2016, les intentions d’embauche progressent légèrement (+ 0,3 %).

Le recul du nombre total d’intentions d’embauche est marqué dans le secteur tertiaire (- 3,8 %) et les autres activités de services (- 3,7 %).

Les intentions d’embauche hors TODE augmentent de       0,7 %. Elles représentent 47,5 % du nombre total d’embauches.

Les intentions d’embauche en CDD hors TODE s’accroissent de 1,4 % en glissement trimestriel CVS. Quant aux intentions d’embauche en CDI, elles reculent de 3,3 %. Elles sont stables pour les TODE (+ 0,1 %).

Soins de ville. Baisse des remboursements de soins de ville au régime agricole (- 0,4 %) à la fin mars 2017.

Les évolutions du nombre de patients et des remboursements de soins de ville au régime des salariés agricoles sont en hausse (respectivement + 2,5 % et + 2,2 %), mais en ralentissement de 0,2 point et 0,5 point par rapport à fin 2016. Sur la même période, les dépenses de cliniques restent stables dans ce régime alors qu’elles décéléraient fin septembre et fin décembre 2016.

Accidents du travail et maladies professionnelles. Le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles avec arrêt baisse pour les deux régimes au T1 2017.

Le nombre de jours indemnisés diminue de 1,0 % au régime des non-salariés tandis qu’il progresse chez les salariés (+ 0,5 %) après trois trimestres de baisses consécutives.

Les montants des prestations* progressent pour les salariés et les non-salariés (respectivement + 1,3 % et + 2,1 %).

Solidarité. La montée en charge de la population couverte par la prime d’activité s’atténue au T1 2017.

Avec 97 590 allocataires au T1 2017, la montée en charge de la prime d’activité se poursuit au régime agricole. Le nombre d’allocataires de la prime d’activité a amorcé un mouvement de baisse au régime des salariés (- 0,9 %), alors que la progression se prolonge au régime des non-salariés (+ 6,0 %).

Au T1 2017, 26 030 allocataires bénéficient du RSA socle au régime agricole. Le nombre d’allocataires progresse pour le deuxième trimestre consécutif. Cette évolution est portée par une accélération de la croissance au régime des salariés agricoles (+ 6,7 %), et une progression modérée au régime des non-salariés agricoles (+ 1,2 %).

Retraite. La diminution des effectifs de retraités non-salariés agricoles se poursuit au premier trimestre 2017.

Au premier trimestre 2017, 2,52 millions de personnes perçoivent une retraite au régime des salariés agricoles: un effectif en hausse de 0,1 % sur un an. Cette évolution est liée à la prise en compte de nombreuses petites retraites de pensionnés salariés agricoles et à l’augmentation du nombre de départs avant l’âge légal dans le cadre du dispositif « départs anticipés pour carrière longue ».

Au régime des non-salariés agricoles, l’effectif de retraités est en baisse de 3,1 % sur un an. La diminution la plus importante concerne les droits personnels (- 3,3 %). Ce recul est lié essentiellement au nombre de décès, entre deux et trois fois plus important que les attributions de droits personnels.

 

vignette infostat
Les remboursements des soins de ville au régime agricole au premier trimestre 2017 – Infostat

Régime agricole : remboursements de soins de ville en baisse de ‑ 0,8 % au premier trimestre 2017

L’année 2017 commence par une baisse des remboursements de soins de ville du régime agricole, avec ‑ 0,8 % en données CVS et CJO sur le premier trimestre, après une croissance contenue au dernier trimestre 2016.

Les honoraires médicaux, les médicaments délivrés en ville et les soins d’auxiliaires médicaux diminuent de manière plus marquée qu’au trimestre précédent. D’autres postes de remboursement s’orientent désormais à la baisse : les dispositifs médicaux, les frais de transports de malades ainsi que les versements d’indemnités journalières. Seuls les remboursements de médicaments rétrocédés, d’actes de laboratoires et de soins dentaires, en rebond, font figure d’exception.

En rythme annuel, l’augmentation des remboursements de soins de ville ralentit à + 0,5 %, avec des évolutions divergentes selon les régimes : ‑ 1,3 % pour le régime des non-salariés et + 2,7 % pour le régime des salariés.

Honoraires médicaux en retrait, soins dentaires à contre-courant

En repli de – 2,9 %, les remboursements de soins des médecins généralistes se situent sous la tendance au premier trimestre 2017.

En dents de scie, les remboursements d’honoraires de médecins spécialistes se replient de – 0,3 %, après + 1,5 % au trimestre précédent. Au-delà des oscillations d’un trimestre à l’autre, la tendance est néanmoins au ralentissement, avec une évolution annuelle de + 1,5 %, après + 3,4 % à la fin mars 2016.

La croissance des remboursements de soins dentaires (+ 0,8 %) rompt avec la trajectoire baissière de l’année 2016.

Fléchissement des remboursements des prescriptions

Au premier trimestre 2017, le recul légèrement plus marqué des remboursements de médicaments (‑ 0,3 % après – 0,1 %) est imputable aux médicaments délivrés en ville, dont la baisse s’intensifie et atteint – 1,0 %. A contrario, les remboursements de médicaments rétrocédés sont de nouveau très dynamiques (+ 6,0 %). Les remboursements relevant de la Liste des produits et prestations (LPP) sont stables.

Marqués par le poids des franchises en début d’année, les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux diminuent sensiblement (- 2,4 %) qu’il s’agisse des soins infirmiers comme de masso-kinésithérapie. La tendance est au ralentissement, avec une évolution en année complète mobile de + 0,7 %, après + 0,9 % sur l’année 2016.

Marqués par une baisse transitoire de tarif sur la fin de l’année 2016, les remboursements d’actes de laboratoires rebondissent au premier trimestre 2017 (+ 0,7 %), tandis que le repli des remboursements de transport (‑ 0,7 %) constitue une rupture de tendance.

Après deux trimestres de hausse, les versements d’indemnités journalières (IJ) se replient de ‑ 0,4 %. Qu’il s’agisse des IJ ATMP comme des IJ maladie, cette baisse est imputable au régime des salariés, alors que les versements du régime des non-salariés demeurent orientés à la hausse.

 

Service de Presse
Géraldine Vieuille : 01.41.63.72.41 / vieuille.geraldine[at]ccmsa.msa.fr
Caroline Tonini : 01.41.63.70.97 / tonini.caroline[at]ccmsa.msa.fr

 

synthese
Les remboursements de soins de ville du régime agricole au premier trimestre 2017 – Synthèse

Régime agricole : remboursements de soins de ville en baisse de ‑ 0,8 % au premier trimestre 2017

L’année 2017 commence par une baisse des remboursements de soins de ville du régime agricole, avec ‑ 0,8 % en données CVS et CJO sur le premier trimestre, après une croissance contenue au dernier trimestre 2016.

Les honoraires médicaux, les médicaments délivrés en ville et les soins d’auxiliaires médicaux diminuent de manière plus marquée qu’au trimestre précédent. D’autres postes de remboursement s’orientent désormais à la baisse : les dispositifs médicaux, les frais de transports de malades ainsi que les versements d’indemnités journalières. Seuls les remboursements de médicaments rétrocédés, d’actes de laboratoires et de soins dentaires, en rebond, font figure d’exception.

En rythme annuel, l’augmentation des remboursements de soins de ville ralentit à + 0,5 %, avec des évolutions divergentes selon les régimes : ‑ 1,3 % pour le régime des non-salariés et + 2,7 % pour le régime des salariés.

note de conjoncture
Note conjoncture n°41 – Économie agricole, santé, ATMP, PPA, RSA, retraite

Conjoncture agricole. Au 4e trimestre 2016, les prix agricoles à la production progressent de + 4,3 %.

L’indice est porté par la hausse des cours des produits végétaux (+ 3,9 %), des produits animaux (+ 7,9 %) et des fruits et légumes (+ 12,4 %).

Le recul du coût des intrants se poursuit au 4e trimestre 2016, essentiellement en lien avec la diminution du prix des aliments pour animaux (- 3,5 %) et des engrais (- 15,1 %).

L’excédent des échanges agroalimentaires est en recul de   – 43,7 % sur un an, tiré à la baisse par le recul des exportations de produits laitiers et par la hausse des importations des céréales, des fruits et légumes frais.

Emploi des salariés agricoles. Au 2e trimestre 2016, les indicateurs de l’emploi des salariés agricoles restent orientés à la hausse

Le volume d’heures rémunérées s’accroît (+ 0,4 %), avec une progression du volume de l’emploi en CDD   (+ 1,0 %) qui compense la faible hausse de l’emploi en CDI (+ 0,2 %).

La masse salariale (5 Mds d’euros) croît de + 1,1 % et le salaire horaire apparent de + 0,7 % (15,0 €).

Les intentions d’embauche reculent fortement dans le secteur de la Transformation

Au 3e trimestre 2016, le recul du nombre total d’intentions d’embauche est similaire au trimestre précédent (- 0,3 % en glissement trimestriel CVS). Celui-ci diminue fortement dans le secteur de la Transformation (- 5,3 %).

Les intentions d’embauche en CDD hors TODE augmentent de + 0,1 % en glissement trimestriel CVS, à l’inverse des intentions d’embauche en CDI (- 1,3 %).

Le secteur de la production, principal pourvoyeur d’embauches au sein du régime agricole, enregistre un recul des intentions d’embauche de – 0,2 % au 2e trimestre 2016 (après – 1,7 % au trimestre précédent).

Personnes protégées en maladie. En 2016, la croissance modérée des effectifs du régime des salariés agricoles (SA) ne permet plus le maintien global de la population protégée.

Au 4e trimestre 2016, la progression des effectifs relevant du régime des SA reste modérée (+ 0,1 % après + 0,2 %). Au régime des non-salariés agricoles,  les effectifs continuent de baisser régulièrement (- 1,0 % après – 0,9 %) et ce recul pèse sur l’évolution globale de la population protégée.

Le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles baisse fortement pour les deux régimes en 2016

En 2016, le nombre d’ATMP avec arrêt baisse de  – 1,5 % sur un an au régime des salariés. Cette évolution s’inscrit dans la continuité d’une tendance à la baisse de long terme, après une année 2014 atypique. Le montant des prestations* progresse de + 0,8 % chez les salariés alors qu’il recule au régime des non-salariés (- 2,0 %).

La montée en charge de la Primé d’activité (PPA) s’atténue en décembre 2016

Le nombre d’allocataires du rSa socle régresse légèrement en un mois (- 0,4 %), mais augmente par rapport au trimestre précédent (+ 3,5 %). Cette évolution trimestrielle est portée par le régime des non-salariés agricoles (+  4,3 %) et celui des salariés agricoles (+ 3,0 %). La PPA poursuit sa montée en charge au mois de décembre 2016. Le nombre d’allocataires bénéficiaires de cette prime progresse de + 6,4 % par rapport à septembre 2016.

Les effectifs de retraités au régime des non-salariés agricoles poursuivent leur recul au T4 2016

Au T4 2016, 1,43 million de personnes bénéficient d’une retraite au régime des non-salariés agricoles ; un effectif en baisse de – 2,9 % sur un an. La diminution la plus importante concerne les droits personnels (- 3,2 %). Ce recul est lié essentiellement au nombre de décès, 2,5 fois plus important que les attributions de droits personnels. Au régime des salariés agricoles, l’effectif de retraités est en hausse de + 0,5 % sur un an. Cette évolution est liée à l’augmentation du nombre de départs avant l’âge légal dans le cadre du dispositif « départs anticipés pour carrière longue ».

 

* Soins de ville, indemnités journalières, incapacité permanente, établissements

vignette infostat
Les remboursements des soins de ville au régime agricole au quatrième trimestre 2016 – Infostat

Régime agricole : remboursements de soins de ville en hausse de + 0,6 % au dernier trimestre 2016

Avec une évolution de + 0,6 % au quatrième trimestre 2016 en données CVS‑CJO, les remboursements de soins de ville du régime agricole repartent à la hausse, après deux trimestres stables.

Cette reprise concerne la plupart des postes de remboursements : les honoraires médicaux, les produits de santé, les frais de transports de malades et les versements d’indemnités journalières. Les soins d’auxiliaires médicaux, en ralentissement, et les remboursements d’actes de biologie et de soins dentaires, en retrait ce trimestre, font figure d’exception.

Sur l’ensemble de l’année 2016, l’augmentation des remboursements de soins de ville s’établit à + 0,8 %, avec des évolutions divergentes selon les régimes : ‑ 1,1 % pour le régime des non-salariés et + 3,4 % pour le régime des salariés.

Hausse des remboursements d’honoraires soutenue par celle des soins de spécialistes

Après deux trimestres de légère baisse, les remboursements de soins des médecins généralistes se stabilisent (+ 0,1 %), sous l’effet d’une reprise des remboursements de consultations.

La hausse des remboursements d’honoraires de médecins spécialistes de ce trimestre (+ 1,3 %) fait suite à une baisse au trimestre précédent. Au-delà des oscillations d’un trimestre à l’autre, la tendance en 2016 est néanmoins au ralentissement, avec une évolution annuelle de + 1,9 %, après + 2,7 % en 2015.

En repli de – 0,4 %, les remboursements de soins dentaires s’inscrivent dans la trajectoire de nouveau orientée à la baisse sur l’année 2016.

Croissance modérée des remboursements des prescriptions

Au dernier trimestre 2016, l’évolution des remboursements de produits de santé s’accélère légèrement, sous l’effet d’une reprise des médicaments (+ 0,2 % après ‑ 0,2 %) portée par les médicaments délivrés en ville, tandis que les remboursements de médicaments rétrocédés marquent le pas et les produits de la LPP ralentissent au dernier trimestre 2016.

Avec une évolution de + 0,3 % ce trimestre, les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux sont en ralentissement. Leur progression en année complète mobile s’est atténuée tout au long de 2016, à l’image des soins infirmiers, tandis que les soins de masseurs-kinésithérapeutes ne s’infléchissent qu’en fin d’année.

Marqués par une baisse transitoire de tarif sur la fin de l’année, les remboursements d’actes de biologie diminuent de ‑ 1,0 % au 4e trimestre, tandis que les remboursements de transport restent orientés à la hausse (+ 0,6 %).

Avec une progression de + 1,9 % au dernier trimestre 2016, la hausse des versements d’indemnités journalières s’intensifie. Après deux trimestres sous leur tendance habituelle, les versements d’IJ ATMP (+ 2,3 %) repartent nettement à la hausse.

Les IJ maladie s’inscrivent dans la continuité du trimestre précédent, avec des versements en hausse dans les deux régimes (+ 3,9 % pour les non-salariés, + 1,2 % pour les salariés).

 

Service de Presse
Géraldine Vieuille : 01.41.63.72.41 / vieuille.geraldine[at]ccmsa.msa.fr
Caroline Tonini : 01.41.63.70.97 / tonini.caroline[at]ccmsa.msa.fr

synthese
Les remboursements de soins de ville du régime agricole au quatrième trimestre 2016 – Synthèse

Avec une évolution de + 0,6 % au quatrième trimestre 2016 en données CVS‑CJO, les remboursements de soins de ville du régime agricole repartent à la hausse, après deux trimestres stables.

Cette reprise concerne la plupart des postes de remboursements : les honoraires médicaux, les produits de santé, les frais de transports de malades ainsi que les versements d’indemnités journalières. Les soins d’auxiliaires médicaux, en ralentissement, et les remboursements d’actes de biologie et de soins dentaires, en retrait ce trimestre, font figure d’exception.

Sur l’ensemble de l’année 2016, l’augmentation des remboursements de soins de ville s’établit à + 0,8 %, avec des évolutions divergentes selon les régimes : – 1,1 % pour le régime des non-salariés et + 3,4 % pour le régime des salariés.

Les remboursements du régime agricole représentent 5,7 % des soins de ville tous régimes confondus d’assurance maladie obligatoire

Le régime agricole protège les salariés agricoles, les non-salariés agricoles et leurs ayants-droit dans les domaines de la santé, de la famille, de la retraite et des accidents du travail. Au titre des branches maladie, y compris maternité, et accidents du travail – maladies professionnelles (ATMP), il a remboursé 1,2 milliard d’euros au dernier trimestre 2016 pour les seuls soins de ville, soit 5,7 % des remboursements tous régimes confondus d’assurance maladie obligatoire[1].

[1] Hors rémunérations sur objectifs de santé publique (Rosp), voir rubrique « définitions »